LAFRENCHI

Son joli visage d’entrepreneuse rayonne et nous donne envie de plus la connaître, et connaître surtout, sa folle aventure.

Oui Julie, fondatrice de Lafrenchi, fabrique des pâtes à tartiner et caramels à la main sans huile et sans additif. Le fruit à coque est privilégié avec un taux de 45%, ce qui permet d’avoir une onctueuse texture sans rajouter d’huile. Tout est fait exclusivement à la main et artisanalement.

Autant de détails qui font démarquer Lafrenchi de toutes les autres pâtes à tartiner, car la passion et l’engagement est vraiment au cœur de ses produits.


Comment l’idée t’es-venue ?

L’idée est née en 2015, à l’approche de Noël, où j’ai eu l’idée de faire des cadeaux personnalisés à ma famille et mes amis. Étant à l’époque en reconversion professionnelle en pâtisserie, à l’école Ferrandi Paris, c’était pour moi une évidence que de faire une gourmandise de mes propres mains. Delà, m’est venue l’idée de faire une bonne pâte à tartiner avec un vrai goût de noisette.

Les retours ont été très positifs et durant toute l’année, on m’en a demandé et re-demandé. 

Le Noël d’après, j’ai décidé de faire totalement autre chose pour changer et l’idée du caramel m’est venue. J’avais d’ailleurs acheté mes petits pots en verre à Ikea pour les réaliser. (rires). Les retours ont été les mêmes mais je me disais que la famille n’est pas vraiment objective en règle générale. Ils n’oseront pas nous dire si ce que l’on a fait est mauvais ou pas. 

J’ai donc creusé un peu l’idée et en décembre 2017, j’ai décidé de créer une fausse identité, développer une marque, un logo, une charte graphique pour tromper ma famille et mes amis. Ils sont tous tombés dans le panneau. Ils m’ont dit « c’est une tuerie, tu l’as acheté où ? »

J’ai donc décidé de tester ça à plus grande échelle. À la chandeleur, j’avais créé 5 saveurs uniques que j’ai déposé dans différentes entreprises et pour avoir des retours j’avais mis en place un questionnaire de feed-back toujours avec cette fausse marque pour ne pas dire que l’idée venait de moi.

Et c’est à partir de là que j’ai vu que les gens aimaient vraiment, et qu’il y avait peut-être quelque chose à faire. C’est donc de là qu’est venue l’idée.

D’où te vient toute cette inspiration ?

Ayant une passion pour la gastronomie, je fais pas mal de restaurants étoilés donc je dirais que je suis souvent inspirée. J’essaie de diversifier les restaurants pour avoir autant d’idées que possible.

Par exemple, l’idée de la pâte à tartiner goût chaï massala vient tout simplement du fait que j’aime boire des Chaï latte, et d’ailleurs le succès a été fou. Le pot a fait partie des top 3 des ventes alors que c’est quand même une saveur atypique et les gens ne connaissent pas forcément.

Confirmes-tu que la cuisine est un art à part entière ? Tes photos sont magnifiques !

Oui, je pense que la gastronomie se mange d’abord avec les yeux, et après avec la bouche. 

Merci pour le compliment ! C’est vrai que ce n’est pas toujours évident car je m’occupe de tout de A à Z, mais parfois c’est difficile car il faut savoir tout faire soi-même. 

J’essaie de temps en temps de publier des photos d’autres personnes sur les réseaux sociaux qui utilisent mes pâtes à tartiner car c’est très flatteur et ça me fait toujours plaisir de voir leurs réalisations, mais sinon je réalise moi-même toutes les photos sur mon site.

Comment choisis-tu tes fournisseurs ? Nous avons vu que tu travaillais exclusivement avec des fournisseurs français ?

Oui, j’essaie vraiment de travailler local, et de faire tout avec le Made In France. Par exemple les étiquettes sont faites en Bourgogne, le packaging est réalisé dans le 18eme arrondissement de Paris. 

Je priorise les entreprises françaises au maximum, plus de 90% de mes partenaires sont français. Mais par exemple pour les noisettes, elles viennent d’Italie, car c’est un peu plus difficile de trouver des noisettes bio françaises riche en matière grasse qui me permets de ne pas rajouter d’huile dans mes pâtes à tartiner.

Je privilégie la qualité des produits, l’artisanat et la mise en pot de chaque produit.

As-tu d’autres saveurs en prévision, d’autres produits ?

Pour le moment le nouveau laboratoire de production me prend beaucoup de temps, mais j’ai des tonnes idées qui me viennent chaque jour, pour l’instant je ne peux pas en dire plus. 

Peut-être l’année prochaine !

Es-tu d’accord qu’aujourd’hui on peut se faire plaisir sans culpabiliser ?

À partir du moment où tout est consommé de manière raisonnable, il y a aucun problème. 

Si on mange de la pâte à tartiner tous les jours, un moment donné le corps va dire non. C’est comme un dessert réalisé par un bon pâtissier, cela va être très bon mais il ne faut pas le manger tous les jours car après nous ne le savourons plus à sa juste valeur. Je pense qu’il faut tout simplement savoir consommer de manière raisonné et raisonnable, en faisant attention à ce que l’on mange, mais se faire plaisir de temps en temps est important, tant que cela n’est pas consommé à outrance.

La collaboration de tes rêves ?

J’avoue que là comme ça je ne sais pas car il y a beaucoup de collaborations qui pourraient être cools, mais une qui pourrait me rendre fière ça serait d’en faire une avec Cédric Grolet, ou avec un chef étoilé. Le rêve !

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite devenir entrepreneur et vivre de sa passion mais qui n’ose pas se lancer ?

Je lui dirais de se lancer et de ne pas réfléchir, de réfléchir qu’après ! (rires). Parce que la vie est trop courte pour réfléchir, mais c’est difficile car à partir du moment où tu te lances tu te poses des tonnes de questions tous les jours, mais je dirais qu’il faut suivre son instinct et foncer. Après tout dépend si le projet est stable, mais il ne faut pas réfléchir trop longtemps et surtout ne pas écouter les gens autour de nous. Il faut vraiment penser uniquement à son projet et être « focus » là-dessus comme si on courait un marathon ! Et se nourrir de ses rencontres autant que possible, c’est très important.


Des pâtes à tartiner et caramels faits à la main sans produit nocif, un projet, une passion, du bonheur, tels sont les mots qui nous viennent à l’esprit après avoir lu cette interview.

Julie, fondatrice de Lafrenchi nous a plongé au cœur de son métier en nous parlant de sa passion et de ses motivations inspirantes, qui l’ont mené où elle en est aujourd’hui. Nous souhaitons la remercier d’avoir pris de son temps pour cette interview.

Nous avons hâte de découvrir l’évolution de son projet et surtout, de déguster ses fabuleux produits, qui sont disponibles sur son site internet : https://www.lafrenchi.fr/.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s